La compagnie

LA COMPAGNIE DU REVOIR

Le Rêvoir est  le nom que les artistes ont choisi pour leur Compagnie, afin évoquer l’espace fondateur, précieux et nécessaire du rêve.

Fondée en juin 2013, la Compagnie du Rêvoir s’est formée dans le but de réunir des artistes professionnels issus d’horizons et de disciplines très variés. Tous intéressés par ce qui fait l’humain, ses rêves, ses choix, ses maladresses, ses échecs, ses tentatives, ses folies, ses absurdités, ses élans, ses naufrages, ses monstres, ses mensonges, ses contradictions… et sa fabuleuse faculté à dire et à se dire !

Céline Verdier, comédienne, conteuse et musicienne et Rachel Da silva comédienne, constituent le noyau dur de la Compagnie du Rêvoir.

Après ces 6 années d’existence la compagnie décide d’axer son travail artistique uniquement autour de son grand projet du Rêvoir ainsi que son travail de collecte et de restitution auprès de la population.

Le musée de Augustin, La Médiathèque de Venerque, puis le Théâtre des Mazades accueillent dès 2015 le projet du Rêvoir, qui a pour but de récolter et de restituer artistiquement des récits de rêves auprès d’habitants.

Outre la diffusion du répertoire déjà à leur actif, les artistes de la Compagnie poursuivent une démarche d’enseignement artistique à l’EMEA de Cugnaux (actuel Quai des Arts) et développent des propositions d’actions culturelles.

Pour en savoir plus : www.compagniedurevoir.com

Céline verdier

Formée au théâtre, au chant et au violon depuis l’enfance, c’est au cours de recherches auprès de griots, au Burkina Faso et au Mali, qu’elle rencontre des conteurs, et l’art de conter. Elle s’initie auprès de Didier Kowarsky, puis de Gilles Bizouerne. Elle se produit dès 2002 au sein de collectifs tout en continuant de pratiquer le théâtre, et la musique.

Fondatrice de la Compagnie Ouïdire en 2004 qui devient la Compagnie du Rëvoir en 2013, elle élabore peu à peu une parole singulière. De lointaines racines vietnamiennes l’orientent vers des contes d’Asie du Sud Est, puis elle développe un répertoire allant du conte traditionnel au récit fantastique et à la légende urbaine, y associant toujours le chant et le geste, et souvent la musique.

Céline Verdier propose une expression en mouvement, vivante et aux multiples nuances.


Rachel Da Silva

 

Comédienne formée au Conservatoire de Clermont-Ferrand, à la Comédie de Saint Étienne puis au Conservatoire de Grenoble dans la classe de Philippe Sire (Obtention du DET en 2004- projet personnel autour du Soulier de Satin de Claudel)

Rachel Da Silva a bénéficié de l’enseignement de nombreux artistes dont S. Auvray Nauroy, M. Fau, C. Régy, C. Degliame,  Pilar Anthony… Elle a ensuite enrichi sa formation théâtrale par une pratique intensive de la danse contemporaine en se formant  au centre de formation Art Danse International à Toulouse (2005-2009) puis au Danse Studio de Toulouse ( 2009- 2012). Depuis 2007, elle pratique également  la danse Bûto  (aux côtés de Gyohei Zaitsu, Sumako Koseki et Yoko Higashi).

Dès sa sortie du conservatoire, elle a travaillé comme comédienne sur des formes et écritures diverses comme en 2004 Le jour se lève Léopold de Serge Valetti m/s Chantal Morel, en 2005 Spectacle musical Ma Dot m/s Thierry Mennessier, tournée Rhône Alpes, Bourgogne, Occitanie. Elle a travaillé notamment pour la Cie l’Atelier (38)  dirigé par Benjamin Moreau et Jérémy Marchand ( 2004 Feu la mère de Madame de Feydeau, 2010 Gala, une histoire de Cabaret m/s Jérémy Marchand),  et, depuis 2011, pour la Cie Théâtres d’image(s) dirigée par Gaëlle Boucherit comme comédienne danseuse ( créations Tandem, Variation 1.5 ,et Ligne D’horizon- création et tournée nationale).

Dès 2007 Rachel Da Silva met en scène et interprète ses propres créations. Le spectacle Pas revoir, d’après le texte de la poétesse Valérie Rouzeau, sera diffusé par la Cie du Vent entre 2007 et 2010 ( lauréat du festival Coup de Chapeau à Toulouse, tournée région Centre, Rhône Alpes Auvergne.) En 2016, elle crée La légende de St Julien l’Hospitalier de Flaubert (création au TPN à Toulouse, La Petite Pierre, diffusion 2017/2018 notamment en Isère)

Depuis 2014, au sein de la compagnie du Rêvoir qu’elle co-crée avec deux autres artistes, elle travaille sur une collecte de rêves, matière textuelle d’un spectacle interdisciplinaire ( musique/danse/théâtre)  au musée des Augustins de  Toulouse, au centre culturel des Mazades, à la médiathèque de Venerque, pour la journée des droits de l’enfant en partenariat avec la ville de Toulouse, au Quai des arts de Cugnaux, au Moulin de Roques, à la médiathèque de Villeuneuve Tolosane et dans le cadre des Passeports pour l’art de la ville de Toulouse. C’est également au sein de la Cie du Rêvoir qu’elle participe à la création collective à destination du jeune public Ernest ou Comment l’oublier d’Ahmed Madani en 2014.

Ses créations sont toujours construites en collaboration avec des artistes eux-mêmes engagés dans une démarche forte et singulière. Actuellement elle collabore avec le musicien Youssef Ghazzal pour le spectacle Voyages vers les mondes végétaux crée à Venerque en 2018. Afin  d’affirmer sa démarche artistique , elle crée en 2018 la Compagnie La part de l’invisible, avec le soutien de l’association &cie(s)

Ayant à cœur la transmission, elle enseigne le théâtre depuis 2007à l’EMEA de Cugnaux, ou pour la mairie de Toulouse dans le cadre des Passeports pour l’art. Elle mène également des projets en direction des personnes âgées, notamment à l’EHPAD de Pamiers. Les collectes de rêves dans le cadre du projet du Rêvoir sont également l’occasion d’aller à la rencontre de publics très variés, notamment des personnes hospitalisées ( projet Rêves en chambre à l’Hôpital de Larrey/ Rangueil, dans le cadre de culture à l’Hôpital avec le soutien de la Drac/ARS).

 


Anne Da Silva – Artiste associée

Artiste plasticienne. Depuis plus de 10 ans, son travail s’organise autour de la matière, à la recherche de formes et de textures dans des matériaux souvent organiques, animaux ou végétaux. Collectés au bord des chemins, dans les talus, les forêts, les granges abandonnées, des écorces, des graminées, des racines… des os, des plumes, des peaux, deviennent la matière première de son travail.

De là les gestes commencent, les transformations s’opèrent, les assemblages se cherchent. Son travail s’ancre dans la patience, les équilibres précaires, la répétition parfois jusqu’à l’obsession, dans une tentative d’épuisement du geste, du sens. Se tenant toujours en dehors de la figure, dans des formes qui souvent se déclinent et se multiplient, elle créée des installations et de plus en plus fabrique des ponts vers d’autres disciplines.

Formée dans différentes universités (Clermont-Ferrand, Toulouse, Rennes) et école européenne supérieure d’art (Brest) Anne obtient son Master 2 Recherche d’arts-plastiques (mention très bien) en 2006. Depuis, parallèlement à la pratique artistique, elle complétera sa formation par l’apprentissage et l’exercice de la charpenterie. Elle vit et travaille dans le Finistère.


Anne Sophie Rozet – Artiste associée

Psychologue clinicienne de formation, ses recherches se situent au carrefour de l’art, la philosophie et la psychanalyse. En parallèle elle explore le mouvement, la danse improvisée depuis une douzaine d’année. Elle  découvre l’improvisation en 2002, collabore avec Pascale Moret et intègre la compagnie de Danse Tout Terrain. Elle réalise de multiples recherches, expériences, danse in situ, dans la tentative permanente d’ouvrir un espace temps autre aux spectateurs. Elle intègre, par la suite, le laboratoire d’Anna Pietsch.

Elle découvre la danse-contact avec Emmanuel Grivet et le butoh avec Gyohei Zaitsu en 2010 et  elle ne cesse de pratiquer auprès d’eux . Elle a pu participer à de nombreux stages ces dernières années auprès de  Yanael Plumet, Mirva Makinen, Scott Wells, Lea kieffer, Baris Mihci, Minoko Seki….Ces pratiques constantes lui permettent de nourrir ses recherches du coté de l’improvisation toujours dans un désir d’aborder un certain langage poétique.

En 2014 , elle intègre la Compagnie du Rêvoir , dans l’écriture et l’interprétation de « La vie des plis  » au coté de Rachel Da Silva.